Protection animale

Les végétariens célèbres et leurs citations

22 novembre 2014

« Rien ne pourra être plus bénéfique à la santé humaine, ni accroître les chances de survie de la vie sur la Terre, qu’une évolution vers un régime végétarien. »
« L’effet physique qu’exercerait un mode de vie végétarien sur le tempérament humain aurait une influence extrêmement positive sur l’humanité. Par conséquent, en choisissant le végétarisme, on sera à la fois heureux et paisible. »
Albert Einstein (1879-1955) physicien allemand, Prix Nobel en 1922, père de la Théorie de la Relativité.

« Jamais je ne consentirais à sacrifier au corps humain la vie d’un agneau. J’estime que, moins une créature peut se défendre, plus elle a droit à la protection de l’homme contre la cruauté humaine. »
Mahatma Gandhi (1869-1948) défenseur de la non-violence comme moyen révolutionnaire.

« J’ai rejeté la viande depuis mon enfance et le temps viendra où les hommes, comme moi, regarderont le meurtre des animaux comme ils regardent aujourd’hui le meurtre de leurs semblables. »
Léonard de Vinci (1452-1519) ingénieur, architecte, peintre et sculpteur dont le génie est universellement reconnu.

Les végétariens Gandhi, Darwin, Tolstoï et Edison.

Les végétariens Gandhi, Darwin, Tolstoï et Edison.

« Aucune civilisation n’a jamais infligé d’aussi dures souffrances aux animaux que la nôtre, au nom de la production rationnelle « au coût le plus bas ». N’ayons pas peur des mots : la France est couverte de camps de concentration et de salles de torture. Pour ces millions, pour ces milliards d’animaux, le simple fait de vivre, depuis la naissance jusqu’à la mort, est un supplice de chaque seconde. »

Armand Farrachi, écrivain français né en 1949.

« La nourriture carnée est un résidu primitif ; le passage à une alimentation végétarienne est la première manifestation de l’instruction. »
Léon Tolstoï (1828-1910) humaniste et écrivain russe.

« Il est évident que la nourriture normale de l’homme est végétale. »
« La classification des formes, des fonctions organiques et des régimes a montré d’une façon évidente que la nourriture normale de l’humain est végétale comme celle des anthropoïdes et des singes, que nos canines sont moins développées que les leurs, et que nous ne sommes pas destinés à entrer en compétition avec les bêtes sauvages ou les animaux carnivores. »
Charles Darwin (1809-1882) naturaliste britannique auteur de « De l’Origine des Espèces au moyen de la Sélection Naturelle ».

« Je suis végétarien et anti-alcoolique, ainsi je peux faire un meilleur usage de mon cerveau. »
Thomas Edison (1847-1931) ingénieur américain, inventeur de l’ampoule électrique et du cinéma.

Les végétariens Lamartine, Farrachi, Platon et de Vinci.

Les végétariens Lamartine, Farrachi, Platon et de Vinci.

« Ma mère croyait, et je le crois aussi, que la viande, plus succulente et plus énergétique en apparence, contient en soi des principes irritants et putrides qui abrègent les jours de l’homme… Elle ne me laissa pas manger de viande avant l’âge où je fus jeté dans la vie des Collèges. Je ne vécus donc, jusqu’à douze ans, que de pain, de laitages, de légumes et de fruits. Ma santé n’en fut pas moins forte, mon développement pas moins rapide. »
Alphonse de Lamartine (1790-1869) poète et homme politique français.

Dans son livre « La République », Platon cite Socrate qui recommande le végétarisme : « Ce régime permettrait à une nation d’utiliser intelligemment ses ressources agricoles. »
Platon (de -427 à -348 av. JC) disciple de Socrate.

« Il n’y a aucun doute pour moi qu’il entre dans le destin de l’humanité, parce qu’elle se perfectionne progressivement, de cesser un jour de manger des animaux. »
Henry David Thoreau (1817-1862) écrivain américain.

« Aussi longtemps que les hommes massacreront des animaux, ils se tueront entre eux. En effet, celui qui sème les graines du meurtre et de la souffrance ne peut pas récolter la joie et l’amour. »
« La terre donne des richesses en abondance et de la nourriture pacifique. Elle nous offre des repas qui ne sont tachés ni de sang ni d’assassinat. »
Pythagore (de -570 à -480 av. JC) mathématicien et philosophe grec de l’Antiquité.

« Il est certain que ce terrible bain de sang continuellement perpétré dans nos abattoirs et dans nos cuisines ne nous apparaît plus comme un crime au contraire, nous considérons ces abominations, qui souvent s’accompagnent d’une odeur pestilentielle, comme une bénédiction du Seigneur et dans nos prières nous le remercions pour les créatures que nous avons tuées. »
« Mais existe-t-il quelque chose de plus abominable que de se nourrir continuellement de viande de cadavres ? »
Voltaire (1694-1778) philosophe et écrivain français.

« Comme il est d’horrible goût d’égorger de sang-froid un agneau, et de prêter une oreille insensible à ses bêlements plaintifs… Laissez le bœuf labourer et ne mourir que de vieillesse, laissez les brebis nous munir de leur laine contre le souffle glacial, et les chèvres présenter leurs mamelles pleines à la main qui les presse. Plus d’inventions perfides, n’attirez plus l’oiseau sur la glu, ne poussez plus le cerf épouvanté dans vos toiles, ne cachez plus, sous un appât trompeur, la pointe de l’hameçon. »
Ovide (-43 av. JC à 17 ap. JC) poète latin qui vécut la naissance de l’Empire romain.

Les végétariens Pythagore, Yourcenar, Owen et Singer.

Les végétariens Pythagore, Yourcenar, Owen et Singer.

« Révoltons-nous contre l’ignorance, l’indifférence et la cruauté, qui d’ailleurs s’exercent si souvent contre l’homme, parce qu’ils se sont fait la main sur les bêtes. Rappelons-nous, s’il faut toujours tout ramener à nous-mêmes, qu’il y aurait moins d’enfants martyrs s’il y avait moins d’animaux torturés, moins de wagons plombés amenant à la mort les victimes de quelconques dictatures, si nous n’avions pris l’habitude des fourgons où les bêtes agonisent sans nourriture et sans eau en attendant l’abattoir. »
Marguerite Yourcenar (1903-1987) écrivain française et américaine, première femme élue à l’Académie Française.

« Les singes dont la dentition est à peu près égale à celle de l’humain vivent principalement de fruits, de noix et d’autres variétés savoureuse et nutritive du règne végétal. Cette profonde similitude de dentition démontre que l’humain était à son origine adapté à manger les fruits des arbres. »
Richard Owen (1804-1892) naturaliste et paléontologue anglais.

« Je ne pourrais tuer ni un boeuf ni une poule et surtout pas un agneau. Si moi-même je ne peux pas faire ces choses-là sans blesser mes bons sentiments, je me refuse aussi de les faire faire par d’autres personnes, blessant ainsi leurs sentiments. »
Sir Isaac Pitman (1813-1897) inventeur de la sténographie anglaise.

« Pour un peu de chair, nous leur ôtons la vie, le soleil, la lumière et le cours d’une vie préfixée par la nature. Nous pensons que les cris qu’ils jettent de peur ne sont point articulés, qu’ils ne signifient rien, là où ce ne sont que prières, supplications et justifications de chacune de ces pauvres bêtes qui gémissent. Regardons-nous comme indifférente la perte d’une âme ? C’est toujours celle d’un être qui sent, qui voit et qui entend, qui a de l’imagination et de l’intelligence. »
Plutarque (46-125 ap. JC) historien et penseur majeur de la Rome antique.

« J’ai récolté des choux et cueilli des carottes et j’ai aussi visité des abattoirs : ces expériences ne peuvent pas se comparer. Nul besoin de se priver : il s’agit seulement de mieux comprendre comment manger de la façon la plus saine, la plus agréable, la plus nourrissante d’une part, et la plus économique, la plus généreuse, la moins polluante d’autre part. La vie dans son ensemble en bénéficierait : vous, le genre humain, les animaux, les forêts, les rivières, le sol, les océans, et l’atmosphère terrestre. »
John Robbins (1947-) écrivain américain, auteur de « The Food Revolution » et du best-seller « Diet for a New America » traduit en français sous le titre « Se nourrir sans faire souffrir ».

« On affirme souvent que les hommes ont toujours mangé de la viande, comme si c’était une justification pour continuer à le faire. Selon la même logique, nous ne devrions pas chercher à empêcher un homme d’en tuer un autre étant donné que cela aussi a toujours été. »
« Tout ce verbiage sur la dignité, la compassion, la culture ou la morale semble ridicule lorsqu’il sort de la bouche même de ceux qui tuent des créatures innocentes, pourchassent des renards que leurs chiens ont épuisés, ou même encouragent l’existence des combats de taureaux et des abattoirs. Toutes ces explications, selon lesquelles la nature est cruelle et donc nous sommes en droit d’être cruels, sont hypocrites. Rien ne prouve que l’homme soit plus important qu’un papillon ou qu’une vache. Je considère le fait d’être devenu végétarien comme la plus grande réussite de ma vie. Je ne prétends pas sauver beaucoup d’animaux de l’abattoir, mais mon refus de manger de la viande est une protestation contre la cruauté… Personnellement, je ne crois pas qu’il puisse y avoir de paix dans ce monde tant que les animaux seront traités comme ils le sont aujourd’hui. »
Isaac Bashevis Singer (1904-1991) écrivain polonais, naturalisé américain, Prix Nobel de Littérature 1978.

« Socrate était végétarien et ne portait jamais de cuir ou de fourrure animale. Tout comme Pythagore, il soutenait que l’habitude de manger de la chair animale poussait les humains à la violence et aux guerres. »
Socrate (470-399 av. JC) philosophe grec de l’Antiquité.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply